Fermeture des bureaux de secteur à Anciens Combattants Canada

Ottawa - le 7 février 2014

Comme bon nombre d’entre vous le savez, vendredi dernier, le 31 janvier 2014, Anciens Combattants Canada a fermé huit de ses bureaux de secteur, à savoir : Kelowna, en Colombie-Britannique; Saskatoon, en Saskatchewan; Brandon, au Manitoba; Thunder Bay et Windsor, en Ontario; Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard; Sydney, en Nouvelle-Écosse; Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador.  Le mois précédent, Anciens Combattants Canada avait aussi fermé son bureau de secteur de Prince George, en Colombie-Britannique.

Je sais que de nombreux vétérans, qui obtenaient des services de ces bureaux, s’inquiètent des fermetures qui ont été effectuées et craignent que ces mesures aient des incidences sur leur capacité d’obtenir les services sur lesquels ils pouvaient compter de la part des employés de première ligne d’Anciens Combattants Canada. Le ministre des Anciens Combattants et le Ministère qu’il dirige ont garanti aux vétérans des régions visées par les fermetures que tout continuerait comme avant, mais pas au même endroit. Maintenant, ils devront se rendre dans un bureau de Service Canada pour rencontrer un agent des services aux clients du Ministère ou un employé de Service Canada. Par ailleurs, le ministre des Anciens Combattants et d’autres personnes ont assuré aux vétérans que les employés du Ministère continueront de les rencontrer en personne, au besoin.

J’ai entendu les vétérans de partout au pays exprimer leurs préoccupations au sujet de la fermeture de ces bureaux. Je tiens à rassurer les vétérans et les membres de leur famille que notre équipe et moi-même allons suivre la situation de près pour veiller à ce que les promesses qui ont été faites soient tenues. En tant qu’organisation s’appuyant sur des données probantes, le Bureau tiendra compte des observations des vétérans à qui la fermeture des bureaux aura fait du tort, de manière à comprendre la provenance des problèmes et déterminer les recommandations à formuler au ministre des Anciens Combattants.

En tant que professionnels, les vétérans s’attendent à être traités avec honnêteté et transparence. De par leur formation, ce sont des gens habitués à résoudre des problèmes et ils s’attendent à ce qu’Anciens Combattants Canada soit prêt à échanger de l’information avec eux pour comprendre leur situation et répondre à leurs besoins. En raison de tout ce qu’ils ont fait pour leur pays, les vétérans, quand ils ne sont pas traités à juste titre, ont le droit de remettre en question le processus décisionnel du Ministère.  

Dès le début, Anciens Combattants Canada aurait dû communiquer beaucoup plus clairement avec les vétérans qui seraient affectés par la fermeture des bureaux en question, et aurait dû leur expliquer, preuve à l’appui, le raisonnement du Ministère relatif au type et au volume de travail pour chacun de ces bureaux. Plutôt, les vétérans ont reçu une lettre de nature générale renfermant très peu d’information pour les aider à comprendre les fermetures annoncées et la façon dont leurs services seraient touchés.

Anciens Combattants Canada devrait toujours accorder priorité à l’accès rapide et opportun à l’information et aux ressources pour les vétérans. D’après ce qui s’est passé, il est clair que le Ministère doit faire preuve d’une plus grande transparence et porter une plus grande attention à la mobilisation citoyenne.

J’invite ceux et celles qui ont de la difficulté à accéder à de l’information et à des services, par suite de la fermeture des bureaux de secteur d’Anciens Combattants Canada, à communiquer directement avec mon bureau au numéro 1-877-330-4343.

Guy Parent

Ombudsman des vétérans

Commentaires

WidowedNow a dit :

One of the District Offices that should have been at the top of the closure list is the Ottawa District Office on Riverside Drive. The staff in this Office have caused more than their share of grief for my late husband, and myself, from the CSTM, on down.

12 février 2014 4:37 PM

Anonyme a dit :

AS a VAC employee for 35 years I have to be very careful what I say in any format. Censorship is alive and well at VAC. That said I am wondering if you know where the IPSC is located in Sydney, who is staffed there and how often they are available. The Minister assured the Veterans here in Sydney that there was an "IPSC 3 blocks from the office" but the only IPSC currently has 1 Case Manager 1 day per month. I as a Client Service Agent working in Sydney but reporting to Halifax requested to work at the IPSC. This would ensure access to 1 more VAC employee in the Sydney Cape Breton area. I was refused by my manager as she feels I am required at the Halifax office to answer phones. The Minister also stated there would be trained staff at over 600 Service Canada Offices but there are only 8 VAC employees at 8 Service Canada Offices. There is such a back log of work and due to the requirement of employees to be on the new phone system, Veterans are waiting months for home visits, equipment required for release from the hospital and to remain in their home, Personal Care required to remain in their home, anything to maintain their quality of life or improve it. VAC does much more than make sure Veterans house is cleaned and grass is cut. I have to put asside palliative cases to increase a Veterans Grounds Care request if I get the request by the new phone system. Does that make any sence at all? The Veterans are suffering, what are we suppose to do as employees to make this better. We are not permitted to speak. Thanks for reading this and understanding the frustration the employees are feeling.

12 février 2014 11:41 AM

Date de modification :